ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

BOB MARLEY : Le Rêve Que J’Ai Fait…

BOB MARLEY : Le Rêve Que J’Ai Fait…

  Les couleurs d’un continent que je ne connaissais que par les livres, une dizaine de mèches tressées avec soin laissaient percevoir à quel point la légende me poursuivait…J’écoutais alors les plus belles odes amoureuses, traduisais précisément un « Is this love » sensuel, fermais le poing sur « I shot the sheriff ». Bob Marley a couvert deux décennies de ses plus belles harmonies, et je ne vois pas pourquoi la FM se contente de nous faire écouter les mêmes titres du roi-reggae.  Les années soixante voient sa première œuvre musicale comme le début d’une épopée pour la liberté (encore et toujours ce même thème, penserez-vous, mais n’est-ce pas cette liberté qui nous permet de chanter ?) : « Judge not » fait apparaître le « ska », nouveau rythme saccadé sur l’opinion commune. En effet, c’est ainsi que Marley annonce la couleur qui est sienne : une lutte pour l’expression. En 1963, « One love/People get ready » souligne l’importance communautaire d’un peuple qui doit vivre ensemble. Marley se présente comme le plus humain de tous : il aime la vie, et se doit de la défendre, musicalement. Puis en 1967, « Stir it up » annonce toute une série de chansons d’amour. L’emblème lexical d’un des artistes les plus sensibles au monde sera défini : « Peace, love and honesty ».  « Rude boy » déterminé à clamer l’indépendance de ses frères, Bob Marley ne cesse de composer une recomposition idéale de la société. Le ton monte, la colère devant l’oppression des uns et la servitude des autres fait naître un hymne utilisé par Amnesty International : « Get up Stand up » en 1973. Puisque nul ne semble être sensibilisé aux droits de l’homme, seul l’appel à la révolte peut sauver notre dignité. Marley se soulève envers et contre la violence d’uniformes brutaux. Ses métaphores incendiaires seront repris, un peu plus tard, par notre plus grand groupe de rap français.  L’Histoire tourne en rond. Tandis que très peu d’artistes s’efforcent de perpétuer la définition initiale de la libre expression, d’autres se trémoussent sur l’édulcoré d’artifices. Dans un espace restreint aux commodités commerciales, la voix de Marley résonne comme un songe : nous dansions et chantions ensemble, dans le rêve que j’ai fait…



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés