ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Fred Hamm/Daniel Dray/Quentin Benayoun ‑ Le Monde Est Petit

Fred Hamm/Daniel Dray/Quentin Benayoun - Le Monde Est Petit


Le terrain de la musique expérimentale est souvent synonyme de terre inconnue, aussi bien pour l'auditeur que pour les musiciens. Les repères habituels sont parfois présents… ou pas. Le guitariste Fred Hamm, grand amateur de John Zorn et Mike Patton, dévoile une facette de plus en livrant ce projet mené avec deux acolytes : Quentin Benayoun aux claviers et Daniel Dray à la batterie. Amb est allé voir le principal intéressé pour qu'il nous en dise un peu plus sur cet audacieux projet.


D.P. : Il s'agit d'un album de rencontres. Peux-tu m'en dire plus ?


F.H. : Effectivement, je connais Quentin, le clavier, depuis plusieurs années, nous nous étions rencontré sur les bancs de la Fac de Musicologie… Ce n'est pas la première fois que je joue avec lui puisqu'il faisait déjà partie de l'équipe à l'époque d'Aquarius dreams, mon premier album. Il a également participé à mon deuxième album, et joue actuellement dans le groupe Lord of Mushrooms. Daniel Dray est un batteur réputé ; il a fait pas mal de sessions de studio. Je l'ai rencontré alors que je travaillais chez un grand disquaire. C'est son ouverture d'esprit et l'originalité de son jeu qui m'ont poussé à lui proposer ce projet.

D.P. : Pourquoi avoir choisi la voie de la musique expérimentale ? C'est un choix audacieux, et très risqué...

F.H. : On ne peut pas parler d'un choix. Nous ne nous sommes pas dit « faisons du free jazz » ! En fait, nous nous étions donné rendez vous pour laisser libre cours à notre inspiration du moment. Nous voulions privilégier la spontanéité du discours musical sans limites de styles. C'est une expérience originale, une rencontre et une fusion de trois personnalités qui s'accordent et s'harmonisent lors d'une improvisation collective… Nous voulions juste partager un moment unique de libre improvisation. Mais le résultat nous a tellement plu qu'on a décidé d'aller plus loin et de presser le disque pour faire écouter cela à d'autres...

D.P. : Comment doit-on comprendre cette musique ? Doit-on le faire ?

F.H. : Je pense qu'il n'y a rien à comprendre, seulement à ressentir. Lorsque tu regardes une œuvre d'art, comme un tableau par exemple, le premier rapport est le plus important… Tu aimes ou tu n'aimes pas… Tu ne vas pas forcément chercher à comprendre ce que le peintre a voulu dire ou de quelle manière il a réalisé son œuvre. C'est un peu comme cela que je conçois notre musique et l'art en général d'ailleurs. On peut accrocher ou détester, certaines sonorités peuvent te parler, t'étonner ou au contraire t'irriter. Quoi qu'il en soit cette musique existe et, à nous, elle parle !

D.P. : L'enregistrement semble être un élément musical à part entière...

F.H. : En effet, bien que la musique eût dû être imprévisible, nous avions pris soin de pré-mixer l'ensemble. En fait, tout a été enregistré sur deux pistes stéréo sans overdubs… Nous avons ensuite inséré quelques effets et coupé quelques passages au moment du mastering pour harmoniser l'ensemble… Il était très important pour nous de considérer cette musique comme une musique brute ! Bien entendu, j'ai utilisé pas mal d'effets spéciaux, mes sons habituels de guitare, mais aussi des sons très étranges, bruitistes, pour volontairement limiter mon jeu harmonique… Beaucoup de morceaux sont dissonants, il n'y a pas forcément de trame harmonique ou encore de mélodies… Le coté rythmique par contre est très présent. C'est étonnant de se réécouter par la suite et de chercher l'origine de ces influences…

L'avantage de la musique improvisée, c'est que nous découvrons notre musique au moment ou nous la jouons ! Bien entendu nous sommes tous influencés par tel ou tel style de musique, si tu écoutes bien tu peux entendre des sonorités jazz, des rythmiques électro, de la world et du rock aussi… Mais l'ensemble est une sorte de paysage sonore ou des sons se rencontrent, s'entrechoquent, cohabitent ou pas… Cet album est à considérer dans son intégralité. C'est un "cliché audio" pris à un moment donné.

D.P. : Parlons un peu maintenant de ce fameux Frédéric S., le mystérieux peintre qui constitue la source d'inspiration…

F.H. : Frédéric Schwentzel est un peintre qui m'a personnellement beaucoup influencé puisque c'est mon père ! En fait, après que nous ayons enregistré l'album, je lui ai demandé de composer quelques tableaux pour l'illustrer. Il a créé cinq œuvres dont l'une est devenue le logo du projet (la pochette du disque). Le style « néo surréaliste / impressionniste » colle parfaitement à l'esprit et aux délires du disque. Je suis content de cette "collaboration". J'aime l'idée de mélanger les disciplines artistiques. Le visuel et le sonore sont pour moi indissociables. A noter que pour la dimension « littéraire » nous avons été honoré par le texte bien inspiré d'un ami de longue date, le poète délirant Franck Irle (à l'arrière du disque), qui chantait « Monsieur Bonsoir » sur mon précédent album !

D.P. : Envisagez-vous de porter le projet sur scène ? A moins que ce soit déjà fait ?

F.H. : Tout à fait, nous avons déjà eu l'occasion de tester ce nouveau concept sur scène puisque nous avons joué le 14 avril dernier lors du festival 06 En scène organisé par le conseil régional PACA. Des extraits de cette improvisation live sont d'ailleurs en écoute sur le site du groupe dans la partie medias. C'est très surprenant car, une fois de plus, le résultat est très convainquant, et nous sommes de plus en plus motivés pour renouveler l'expérience ! Nous avons intégré Eric Morgana, le bassiste de mon autre groupe, qui lui aussi a pas mal de choses à dire sur scène et qui est bien inspiré dans cet esprit free !

Pour la scène nous avons pris le nom de Free Music Reunion, en clin d'œil à Ornette Coleman et son album Free Jazz. Je pense que nous proposerons ponctuellement à d'autres musiciens de tous horizons musicaux de nous rejoindre sur scène pour de nouvelles improvisations. L'appel est lancé ! A noter que nous jouerons lors du Jazz Off cet été à Nice. Chacun de nos concerts est à chaque fois différent, c'est très excitant pour nous d'arriver en concert et de ne pas savoir quelle direction musicale nous allons prendre ! Lors des concerts tout est possible, tout est réalisable !

D.P. : Est-ce le début d'une longue collaboration ?

F.H. : L'album va bientôt être disponible plus largement par l'intermédiaire du label américain Cuneiform. Nous allons essayer de promouvoir cette musique régulièrement sur scène. Pourtant, ce projet ne se substitue pas à mon autre groupe Fred Hamm's Electro Groove qui existe toujours. C'est un projet "parallèle" qui vivra aussi longtemps que nous le voudrons bien, et surtout aussi longtemps que notre inspiration vivra !

Rendez-vous est donc pris avec ce nouvel ensemble qui ne manquera pas de nous surprendre.

Site officiel : http://le.monde.est.petit.site.voila.fr/index.html


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 08.05.2006

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés