ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Blackstone : Colors Of The Stone

Blackstone : Colors Of The Stone

En 2002, je vous faisais une chronique dithyrambique de The High Country, le deuxième album de Blackstone, sorte de rock stoner un peu world et un peu roots rayonnant. Aujourd'hui sort Colors Of The Stone, sur le label Brennus, et je vais vous en faire une chronique… enthousiaste. 

En quatre ans, Blackstone a resserré le propos et le blues est plus prégnant que jamais. La voix chaude et rocailleuse du chanteur américain Ian Kent (qui, bizarrement, fait penser à Roger Waters, de Pink Floyd, en de fugaces instants), s'impose plus encore. Mais, quoique moins aventurière, la variété reste de mise et l'on sent la diversité de l'héritage : du rock et du hard 70's de Led Zeppelin et Black Sabbath au blues, au southern rock et jusqu'au country-folk. Une diversité d'inspiration qui se retrouve dans les instruments utilisés : mandoline, banjo, violon, harmonica.


Blackstone peut se permettre cette liberté car le groupe est composé de musiciens d'expérience (mais nullement blasés ou en manque d'inspiration, loin s'en faut) et l'exécution est parfaite. Niveau technique impressionnant, donc, mais au service du feeling. Ces mecs ont l'amour pur de la musique, il dégouline à travers les enceintes.

Colors Of The Stone débute comme un blues des plantations, avec le très beau « Cane Cutter ». Le groupe est compact, il sait où il va. Ian Kent creuse son sillon sans passer en revue les octaves mais avec une grande force. Aussi n'a-t-on pas le sentiment d'entendre de véritables refrains, plutôt des parties plus accentuées. Olivier Jargeais, à la guitare, abat les leads et solos avec aplomb et fluidité.

« Wrong Turn » introduit des sonorités plus lourdes et typiquement stoner, encore qu'on ne soit parfois pas loin du southern-rock. La batterie, tenue par Marc Varez (ex-Vulcain) justifierait à elle seule l'achat de l'album : on en oublie la rythmique primaire - pourtant bien là, votre pied vous le signale en tapant par terre sans que vous vous en rendiez compte - et l'on a presque la sensation qu'elle parvient à prolonger les frappes vers un panorama autant physique que mental (qui plus est, Varez sait s'abstenir quand il faut. Il est le fondateur du groupe mais il reste en retrait quand le morceau l'exige).

« The Dogs » nous ramène à une formule guitare-voix-batterie pour une espèce de blues-rock-sudiste-70's acoustique, avant de revenir dans le lourd. Boum, c'est « Dying Breed » et son joli riff, sa voix lancinante et un court passage orientalisant, seul à rappeler The High Country.


« Double Or Nothing » souligne les influences bluegrass, du moins roots, harmonica en renfort, qui entrent en collision avec un couplet hard sudiste. Orientation que l'on retrouve un peu sur « Lions On The Beach », avec ce côté mystérieux de la voix de Ian Kent. Lequel nous offre encore de belles paroles, louvoyant entre violente realité et rêves impossibles.

Bref, tout l'album est ainsi, dans un permanent effet de balancier : énergie/intimité, riff rock/passage acoustique, stoner/folk, lumière/crépuscule, 1970/2006. J'avais l'intention de vous le disséquer titre à titre, mais c'est inutile, après tout. Je devrais juste vous écrire en majuscules chacune haute comme votre écran d'ordi que vous avez là, à portée d'oreille, l'un de ces groupes rares qui donnent réellement le sentiment d'écouter quelque chose de significatif et de sincère, une musique libre et sans soucis des modes. Indémodable, donc.

Et puis ces types ont bon goût, nom d'un chien : après treize titres (oui, 13, et pas des intros de 30 secondes pour remplir), ils trouvent le moyen de caser quatre reprises en bonus : « Run Through The Jungle » de Creedance Clearwater Revival (hallucinant tellement on croirait un titre de Blackstone), « Mary Long » de Deep Purple, « I've Got A Feeling » des Beatles et « Planet Caravan » de Black Sabbath. Si vous aimez au moins deux de ces quatre-là et si vous cherchez un disque que vous prendrez plaisir à écouter, à ré-écouter et à écouter encore, arrêtez tout, chopez votre futal et courrez chez votre disquaire. P... de m..., on vous offre du bonheur, vous n'allez pas faire la fine bouche ??!!???

Pas convaincus ? Un medley est dispo ici :
http://perso.orange.fr/sam.bass/blackstone/audio/meddley_blackstone.mp3

Et une vidéo bootleg de « Cane Cutter » (attention, c'est très bootleg, attendez d'atteindre environ 1'40" pour avoir une idée) :
http://perso.orange.fr/sam.bass/blackstone/video/cane_cutter_video.WMV

Site de Blackstone : http://perso.orange.fr/sam.bass/blackstone/index_fr.html

Autre chronique de Blackstone sur Annu:Art


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 14.08.2006

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés