ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Koritni  Lady Luck

Koritni - Lady Luck  

Si c'est le premier disque de Koritni, le nom n'est pas inconnu des amateurs de rock à tendance hard. Lex Koritni était en effet le co-fondateur de Green Dollar Color, qui a splitté après un seul mais remarqué album.

Dans une veine ACDC-Aerosmith-The Angels, cette petite entreprise franco-australienne nous avait délivré un disque assez catchy, sans chichi, voix éraillée sur riff rock n'roll, sale et léchée à la fois, brute mais sans violence, notamment grâce à une prise en main et en son par la crème du gratin, soit Mike Fraser (ACDC, Metallica, Aerosmith, Van Halen) pour le mix et George Marino (ACDC, Metallica, Guns n'Roses) pour le mastering. « Dirty Letters », le morceau d'ouverture de Green Dollar Collor, me tourne encore régulièrement dans la tête deux ans après la sortie de la galette.


Quelques divergences musicales et personnelles plus tard, Lex Koritni embarque l'essentiel des musiciens de Green Dollar Color, y ajoute encore un frenchy, en la personne du guitariste Eddy Santacreu, commence à tourner sous son propre nom. Et voici, en toute logique, son premier album. En toute logique également, ceux qui ont aimé Green Dollar Color aimeront Koritni. Les influences sont quasiment les mêmes, les compositions se ressemblent assez, le son est passé par les mêmes mains expertes.

Donc, tout baigne dans l'huile de coude ? Oui et non. Oui, car Koritni a choisi l'option pro, ce qui s'entend. Le jeune homme est ambitieux, he wants the best, he got the best. Ses musiciens ne sont pas des manchots mais "restent groupir" derrière le leader. Le groupe flirte avec cette musique foncièrement rock que la guitare agressive, les rythmiques appuyées (en d'autres termes, c'est du lourd, pas forcément du rapide) et les vocaux virils font appeler hard. Hélas, puisque ce terme est connoté très négativement chez certain, dites-vous simplement que Koritni fait du rock dont les exécutants préfèrent passer à la salle de bain après être montés sur scène, plutôt qu'avant (suis-je clair ?).

Koritini est cependant un peu victime de son envie de bien faire. Je trouve le son trop propre pour ce genre de musique (c'est peut-être un choix pour, justement, essayer de ne pas faire fuir ceux qui aiment le rock mais ne supportent pas le hard). Et les compositions ont tendance à trop se ressembler. Pas de mauvais titre, mais aucun non plus qui ressort vraiment du lot, pas de refrain qui-tue-la-mort. Avec, au final, l'impression d'un manque de personnalité. Ce qui est un peu un comble, vu que le parcours de Lex Koritni atteste exactement de l'inverse. Bref, j'aurais aimé que le groupe se lâche plus, quitte à délaisser le cachet américain au millipoil du son.

Site officiel Koritni
Koritni sur Myspace
Koritni sur le label Bad Reputation


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 26.02.2007

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés