ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

The Good, The Bad & The Queen

The Good, The Bad & The Queen

Damon Albarn semble avoir tourné la page Blur. Sa musique ne tient plus dans un groupe. Et pourtant. Il n'a pas résisté à l'envie de retrouver une entité capable de reproduire une atmosphère qui ne s'obtient qu'en groupe. C'est ainsi que naquit un projet commun qui prend le doux nom de The Good, The Bad And The Queen.
Remake sonore d'un film de Sergio Leone ou simple hommage à Clint Eastwood ? La réponse appartient au groupe. Toujours est-il que derrière ce nom à rallonge se trouvent douze titres. À écouter bien sûr.

Paul Simonon. Si ce bassiste ne vous dit rien, vous serez peut-être plus inspirés par The Clash. Idem pour Simon Tong, qui fut à la guitare dans The Verve avant de jouer dans Gorillaz. Quant au batteur, il s'agit d'un des plus célèbres représentants de l'afrobeat, ancien compagnon de Fela Kuti : Tony Allen. Voilà pour les présentations.


Et la musique ? Il s'agit au premier abord d'un album de Mr. Albarn and friends, tant sa voix prend le pas sur tout ce qui l'entoure. Il faut donc être très prudent lorsqu'on écoute les titres. Il faut creuser, écouter encore et encore pour s'apercevoir de deux choses : les compositions possèdent une fraîcheur et une spontanéité étonnantes. Pourquoi étonnantes ? Parce que la seconde chose arrive : tout cela est finalement très produit. Très bien produit d'ailleurs. « Danger Mouse » ("Dare Dare Motus", pour les francophones) est parvenu à transformer ce qui aurait pu n'être qu'une simple répétition de garage entre amis en projet quasi conceptuel tant l'ensemble est homogène et fouillé.

Chacun trouve sa place sans trop de problème, malgré la voix de Damon Albarn (si présente qu'on finit par en oublier le reste). La basse de Paul Simonon, aux portes du dub, apporte un balancement et une nonchalance venant tempérer les guitares mélancoliques de Simon Tong. La bonne surprise vient des sonorités électro qui sonnent véritablement sans avoir l'air d'être posées sans raison.

Le plus intéressant reste quand même la recherche sonore d'une part, et par conséquent les ambiances qui en découlent. On ne peut s'empêcher de penser aux Beatles (seconde période) en écoutant « Green Fields » ou « The Good, The Bad & The Queen » (ainsi que Yann Tiersen pour l'introduction du morceau, mais c'est un autre problème). Tout y passe : le rock, la pop, le dub (pardon aux puristes), le Radiohead, …

Bref, une heureuse moulinette qui mélange avec bonheur une mixture qui semblait plus qu'improbable avant d'entendre le résultat. Seul bémol, commun à tous les bons albums : c'est un peu court, jeune homme. Quarante-deux minutes, tout de même ! Reste à espérer qu'il y aura une suite à ce projet qui se transformera véritablement en groupe.

Site officiel : http://www.thegoodthebadandthequeen.com
MySpace : http://www.myspace.com/thegoodthebadandthequeen


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 12.03.2007

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés