ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Jay‑Jay Johanson ‑ The Long Term Physical Effects Are Not Yet Known

Jay-Jay Johanson - The Long Term Physical Effects Are Not Yet Known

Avec son look de premier de la classe et sa voix fragile et juvénile, Jay-Jay Johanson est aux antipodes du crooner gominé éblouissant l'assemblée d'un sourire ravageur. Il est pourtant parvenu à imposer un style dont il a voulu se détacher sur ses deux derniers opus en allant flirter du côté de l'électro 80's (Antenna) avant de s'essayer à une house toute en finesse (Rush). Retour aux sources avec ce nouvel album qui renoue avec ses premières amours : la chanson mélancolique.

On garde la voix et on abandonne les tentatives de percer dans un style un peu différent. Il n'y a d'ailleurs pas lieu de se tromper. La mélancolie est omniprésente, les ambiances automnales et la voix toujours cristalline. Les samples se mêlent au Rhodes et aux instruments acoustiques, entraînant lentement mais sûrement l'auditeur dans une angoissante plongée dans un univers abyssal.


On se demande en effet comment remonter après s'être enfoncé dans un esprit qui verra toujours le verre à moitié vide. La filiation avec Portishead est naturelle et assumée. Le chanteur avoue à ce sujet que c'est en entendant le groupe que l'idée lui est venue de se lancer dans le trip-hop, avec le succès que l'on connaît. Bien entendu, tout n'est pas aussi noir que dans les compositions de la formation de Bristol. On pourra reprocher à Monsieur Johanson de peut-être trop s'inspirer de ses aînés (« Coffin »).

Toutes les armes sont pourtant bien présentes : le Rhodes (évidemment), l'orgue Hammond, le son vintage de la guitare et de la basse, trompette jazz jouant presque juste, des ambiances rappelant parfois la période 60's de Serge Gainsbourg… Rien n'est fait au hasard. On a l'impression que le chanteur désire vraiment retrouver le public de ses débuts. Ses incartades ont l'air de l'avoir plus perdu qu'épanoui. Personne ne peut de toute manière nier l'évidence : Jay-Jay n'est vraiment bon que quand il ne force pas sa nature.

Cette simple phrase répond à l'avance à une critique que l'on pourrait formuler après avoir écouté ne serait-ce que le quart de l'album : cela ressemble terriblement à ses premiers albums. Il s'agit ni plus ni moins d'un recentrage du sujet, une mise au point musicale. On rétorquera volontiers qu'il vaut mieux un bon album qui innove peu qu'un mauvais disque avant-gardiste. Toujours est-il que l'on se réjouit que le crooner suédois soit revenu à ses premières amours.

Cet opus n'est pas aussi abouti que Poison, finalement son meilleur disque à ce jour. The Long Term… n'en reste pas moins un bon album.

Page officielle sur le site du label :
http://www.labels.tm.fr/fr/artiste.asp?artiste=JO06T
Espace
MySpace : www.myspace.com/jayjayjohanson


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 16.04.2007

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés