ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Killers : A l'ombre des vautours

Killers : A l'ombre des vautours

Le premier piège, face à un album de Killers (et non The Killers…), c'est de chroniquer non pas le disque, mais le groupe lui-même. Parce que d'emblée, on aurait plutôt tendance à en dire du bien et, longue histoire à l'appui, à vous raconter combien ce combo, dernier survivant (reformations plus ou moins épisodiques mises à part) de la scène hard-métal française des années 1980, est sympa, dénué d'ego, sincère, combatif. Sans oublier que son précédent album, Habemus Metal, sorti en 2002, était une véritable bombe, qui n'en finit pas d'exploser régulièrement mes enceintes.

Donc, pour les retardataires, voici un rapide topo ; ensuite, nous ferons comme si Killers sortait de nulle part et que son histoire nous laissait de marbre. Le groupe a été fondé il y a près d' un quart de siècle. Le guitariste Bruno Dolheguy, qui assure également le chant depuis 1990, en est le seul membre originel et la figure de proue. Les Basques se font un nom en dégainant trois albums coup sur coup, de 1985 à 1987 : Fils de la Haine, Danger de Vie et Mise aux Poings. Si les sorties s'espacent ensuite, le combo n'a jamais décroché et connaît même un regain d'activité depuis la fin des années 1990, consacré par une prestation au festival du Wacken, en Allemagne, en 1999, et ce Habemus Metal, en 2002, qui fit élire Killers meilleur groupe français de l'année par les lecteurs du magazine Hard Rock. La formation actuelle, outre Bruno Dolheguy, est composée de Thierry Andrieu (guitare), Patrick Oliver (basse) et Florent Pouey (batterie), qui a remplacé Nicko Andrieu, décédé en 2001.


Le style : métal forever ! Un heavy a fort penchant Mötörhead speed-métalisé, qui fait souvent penser à Running Wild, et agrémenté de touches thrash et punk, pas si éloignées, dans l'esprit (et dans les textes, en français, qui n'ont pas leur plume dans leur poche), d'un The Exploited de Beat The Bastards. En résumé : y a baston (et même : y'a bastos…).

 

Impossible par ailleurs d'évoquer Killers en passant sous silence cette sincérité absolue qui semble animer le groupe et son indéboulonnable leader, qui a pourtant vu passer des pelletées de membres aux différents postes. Dolheguy est homme de conviction, parfois bien tranchées, mais pas de grosse tête. Ce qui se traduit, par exemple, par l'organisation régulière d'un mini-festival sur les terres du groupe, à Bidache (pour la programmation, voir le site Bidache métal).

Alors, quid de A l'ombre des vautours ? En vérité, il s'agit d'un album de Killers pur jus, peut-être plus direct que Habemus Metal. Près de 70 minutes de musique pour vingt-deux titres, dont deux reprises (Mötörhead et Manowar) aux paroles revues et corrigées, et une bastonnade quasi permanente qui fait chauffer la double pédale. C'est d'ailleurs le principal reproche qu'on peut faire à l'album : speed quasiment de bout en bout, vindicatif (Dolheguy ne s'est pas calmé dans ses paroles ni dans sa façon de chanter, très rentre-dedans et sans effet), hargneux, il peut sembler linéaire a priori. Difficile de l'ingurgiter d'un coup, en dépit de quelques surprises, comme l'introduction d'un poème de Baudelaire (« L'ennemi ») ou l'adaptation du célèbre thème de la symphonie n°4 de Dvořák, dite "du Nouveau Monde".

Les sujets abordés varient entre problèmes de société (« Deux bastos dans le cigare », « www.misere » ou « Pas de pitié »), constats plus personnels sur la difficulté de vivre à son idée, parmi les  « vautours » et déclarations de fidélité à sa musique (« Faire du métal »). Mais une fois de plus, ce qui ressort avant tout, c'est que ce disque sent la passion des types qui en sont à l'origine. On peut aimer ou détester cette façon de faire, cette musique sans fioritures et parfois même basique de manière assumée (et pourtant variée, finalement, comme une artillerie pilonnant une position depuis toutes les hauteurs environnantes), ce relent de hard 80's, le chant en français d'où les papillons et les petites fleurs sont absents. Mais on ne peut être insensible à cette déferlante de riffs à couper net une tête d'empêcheur de headbanger en rond, à cette défense acharnée d'une liberté chèrement acquise, à une personnalité en marge, qui trace sa route (ah ! zut, j'avais dit que je ferais comme si Killers me laissait de marbre...), en est fier et le revendique.

A l'ombre des vautours demande sans doute plus de temps que son prédécesseur pour se laisser apprivoiser. Mais une fois dedans, il vous lâchera difficilement la grappe car chaque morceau a son petit "truc en plus", que ce soit les références citées plus haut, des solos ou des riffs percutants, des intros ou breaks qui ne perdent pas de temps (car malgré le nombre de morceaux, Killers n'étale pas la confiture pour des prunes, si j'ose dire). Au passage, notez que cet album s'écoute sur de véritables enceintes, à fort volume. Il perd les trois quarts de ses qualités au casque.

Une bonne nouvelle pour finir : un festival hard-métal français aura lieu dimanche 13 janvier 2008, de 14h30 à 23h, à Paris, à La Locomotive, et rassemblera pas moins que ADX, Killers, Blasphème (avec Marc Ferri au chant), No Return, Demon Eyes, Square, Witches et Royal Bubble Orchestra.

A lire également sur AmbFrance :  interview de Bruno Dolheguy (2004).

Autres chroniques pour A l'ombre des vautours sur Annu:Art, Violent solutions (16,5/20), Zicazic, Destination Rock (9/10), Les accros du métal (17/20), Kaosguard, Nightfall in metal earth, Leprozy, Spirit of metal (18/20), Hardrock80 (90/100).

Site officiel Killers
Forum officiel Killers 
Label Brennus


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 09.07.2007

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés