Warning: getimagesize(Articles_images/Raismes-Finky-Pie.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in D:\www\ambfrance\httpdocs\article.php on line 75

Warning: getimagesize(Articles_images/Raismes-BlackBombA.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in D:\www\ambfrance\httpdocs\article.php on line 75

Warning: getimagesize(Articles_images/Raismes-public-BlackBombA.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in D:\www\ambfrance\httpdocs\article.php on line 75

Warning: getimagesize(Articles_images/Raismes-Finntroll.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in D:\www\ambfrance\httpdocs\article.php on line 75
RaismesFest 2007 (1) : Finntroll, Black Bomb A, Koritni, Delain, S2D2... - Amb France Music
ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

RaismesFest 2007 (1) : Finntroll, Black Bomb A, Koritni, Delain, S2D2...

RaismesFest 2007 (1) : Finntroll, Black Bomb A, Koritni, Delain, S2D2...

Le festival rock et métal de Raismes, dans le Nord, fêtait ses dix années d'existence les 8 et 9 septembre. Après deux jours sur un site hautement sympathique et avec une programmation de belle qualité, alternant entre groupes confirmés, français ou internationaux, et découvertes, le tout pour 40 euros, la conclusion est claire. Pourvu que cet événement connaisse encore de longues années de bonheur, tout en conservant ce qui fait son charme, outre la musique : sa taille humaine.

La première journée accueillait Glenn Hughes et Pain Of Salvation en têtes d'affiche, avec également Finntroll, Black Bomb A, Koritni, Delain et S2D2 sur la scène principale, ainsi que  Cool Cavemen, Finky Pie, Clampdown, Sheeduz, Kill For Peace et Carbur sur la scène découverte. En prime, à l'issue des concerts, le public pouvait rencontrer les artistes en dédicaces. C'est'y pas d'la balle ?


Carbur l' ouvre, le bal, avec deux reprises blues-rock bien senties et repart illico aux vestiaires, pour cause de retard au démarrage du festival. Rageant. S2D2, vainqueur du tremplin découverte, a l'honneur de fouler en premier la grande scène. Pratiquant un power-heavy très burné, avec un chanteur rappelant parfois  Peavy Wagner, de  Rage, le groupe n'oublie pas les parties mélodiques, voire un brin épique, tandis que de grosses rythmiques bien lourdes vous assassinent les conduits. Un petit goût de  Nevermore qui n'est pas pour déplaire. S2D2 va chercher le public, bouge et justifie pleinement sa place.

Hop ! Retour à la scène découverte, qui prend le relais de la grande scène entre deux concerts, donnant ainsi l'occasion aux artistes qui s'y produisent de pouvoir être vus par tous les festivaliers (même si tous, loin de là, ne font pas le déplacement…). Kill For Peace a la grosse haine et déverse un hardcore ultra-violent qui a le don de vider la proximité de la scène du public, lequel regarde le concert avec du recul, comme si la bande d'excités, pourtant encore ados mais qui ont sans doute pas mal écouté Napalm Death ou Agnostic Front, allait lui sauter à la gueule. Le set le plus brutal du week-end, certes, mais il y a encore du pain sur la planche.

Delain, en provenance de Hollande et créé par Martijn Westerholt, l'ancien claviériste de Within Temptation, est le premier groupe international du festival et aussi la première formation à chanteuse lyrique. Car c'est la grande tendance du métal actuel. Aussi mignonne soit la chanteuse, il faut avouer que ce heavy mélodique (en théorie…) où alternent voix graves et "éthérées" ne présente pas grand intérêt, par la faute de compos sans originalité et, mais c'est hélas quasiment la marque du genre, souvent pompeuses.

Sur le plan de la personnalité, en revanche, Sheeduz n'a pas besoin de leçon. Les trois filles (chant, guitare, batterie) font du boucan pour quatre quand elles s'y mettent, bien que leurs compositions partent ou reviennent fréquemment de passages calmes, émotionnels. « Il y a beaucoup d'hommes ici. C'est dangereux une fille : ça porte des talons et ça peut vous exploser la face », balance la chanteuse (Audrey… comme ses deux comparses, semble-t-il). Le trio joue, visiblement avec ses tripes, un rock qui évoque tour à tour  Hole, Silverchair, PJ Harvey, Nina Hagen. Vous allez me dire : « Barre-toi avec tes pôv'références, c'est pas parce que ce sont des nanas qu'il faut les ressortir à chaque fois ». Je vous réponds : « Peut-être mais là si quand même un peu ». Pour être complet, leur bio évoque aussi  Jeff Buckley, Dresden Dolls ou encore Queen. La voix chuchotte, hurle, gémit, comme sur ce « Sick Boy » qui déchire la dentelle. Rageur et sincère, sans doute encore « en construction », Sheeduz n'est pas à prendre à la légère.

Koritni nous ramène au bon vieux hard-rock façon Guns'n'Roses, Aerosmith, ACDC et autres Faster Pussycat, en plus basique toutefois. Secondé par une excellente paire de six-cordistes, dont le Frenchy  Eddy Santacreu, qui abat un boulot de tous les diables (en dépit d'un son qui ne lui rend pas justice), le chanteur australien pioche surtout dans son premier album "Lady Luck", propose un nouveau morceau, "Nobody's home", et fait des détours par Green Dollar Colour, son précédent combo, notamment le "Dirty Letters" d'ouverture qui reste, à mon avis, le meilleur titre de son répertoire.

Lex Koritni fait le spectacle, prend des poses plus rock'n'roll les unes que les autres et son hard nettoie bien les conduits. Cependant, la voix est trop systématiquement criarde (il se remet d'une infection de la gorge) et il manque des refrains carton. On termine donc le concert content mais sans envie d'en prendre une heure de plus.

Clampdown dégoupille ensuite sur la petite scène un death technique mais très brutal, traversé de mélodies insidieuses dans cette orgie de carnacière. Ou comment donner dans la boucherie-triperie sans laisser ses neurones au vestiaire. Un set intense qui est l'une des belles surprises de la journée. Le premier album devrait bientôt sortir. A surveiller.

Black Bomb A porte bien son nom. Très attendu le groupe français explose tout dès son arrivée. Un gros et bon son, deux chanteurs surwattés, Poun et Arno, des musiciens intenables déversent un harcore-métal ultra efficace. La fosse prend feu, pogos et circle pit déchaînent les premiers rangs. Un pur groupe de scène qui assène la première grosse baffe du jour.

Finky Pie est hélas desservi par un son bien trop fort, qui rend son rock'n'heavy brouillon, malgré d'évidentes qualités et des compos catchy et originales, tel ce « Welcome to the Show » qui ouvre logiquement le concert. Tueur sur album mais méconnaissable ici. Pas grave, le chanteur-bassiste et ses compères s'éclatent et emportent l'adhésion à la conviction et à l'énergie.

Finntroll est très attendu avec son mélange improbable de death-black métal et de humppa, musique traditionnelle finlandaise. Jupes en cuir et cheveux dans le bas du dos pour tout le monde, pour un cocktail festif quoique saignant, qui fait remuer le public. Le clavier, qui distille justement les parties "folk", est cependant en retrait dans un son encore une fois trop fort. Si bien que l'on a l'impression d'entendre un cousin de Children Of Bodom, en plus réjouissant toutefois. D'ailleurs, le volume sonore, que ce soit le samedi ou le dimanche, a donné l'impression de monter au fur et à mesure de la journée, mais pas pour le meilleur. Ceci dit, globalement, la sono fut plus que correcte durant le week-end, et carrément excellente pour les têtes d'affiche.

Les Cool Cavemen, sur la petite scène, présentent une espèce de rock-fusion agrémenté d'un saxo. Energique, frais et même sautillant par moment, le combo fait un peu figure d'ovni sur l'affiche. Nous les abandonnons cependant après dix minutes, pause repas oblige (comme sur tout bon festival qui se respecte, les sandwiches sont dégueulasses à faire passer un plat de gerbe pour du lièvre à la royal façon Curnonsky), afin de pouvoir nous concentrer ensuite sur  Pain Of Salvation.

(à suivre…)

Site officiel du festival de Raismes



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 17.09.2007

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés