ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Jeff Buckley

Jeff Buckley

« Grace », le premier album de Jeffrey Scott Moorhead n’aurait pas pu s’appeler autrement, car rarement un artiste masculin dans l’histoire de la musique du XXème siècle, aura atteint un tel niveau de perfection vocale si ce n’est dans les répertoires classiques.

Né le 17 Novembre 1966 à Anaheim en Californie, Jeff Buckley a, dès le départ, une lourde hérédité musicale car il est le fils de Mary Guibert, une pianiste classique, et de Tim Buckley auteur compositeur et interprète américain des années 70 que Jeff ne verra que très peu, car sa mère est remariée à un autre homme (dont il prendra le nom, Moorhead, pour reprendre ensuite le nom de Buckley).

Jeff se passionne dès son plus jeune âge pour la musique, il s’essaie à la batterie puis se met à la guitare, instrument pour lequel il montre rapidement un véritable don.


Comme beaucoup d’adolescents il joue dans différents groupes aux styles variés, dans un cours de jazz de son école et s’ouvre l’esprit à des influences éclectiques : il écoute Jimi Hendrix, Al di Meola, Pink Floyd, Genesis, Led Zeppelin, les Pixies, Judy Garland, Miles Davis, Louis Armstrong, Nus Rat Fateh Ali Khan, Ella Fitzgerald, les Doors, Edith Piaf … La liste est longue et non exhaustive.

Bien décidé à vivre de sa passion Jeff s’inscrit à 18 ans dans le Musician’s Institute de Los Angeles et continue à perfectionner son jeu de guitariste, mais il est très déçu de l’enseignement qu’il y reçoit et ne retiendra de cette école que les amis qu’il s’y est fait.

Il continue à jouer dans de nombreux groupes et vit de petits boulots (comme réceptionniste dans un hôtel, vendeur de fringues ou opérateur téléphonique) mais malgré son talent, son avenir musical lui semble difficile et il avouera des années plus tard avoir eu souvent le sentiment de tourner en rond et avoir connu de nombreux moments de découragement.

En 1991, Jeff apprend qu’un hommage va être rendu à son père (Tim Buckley) par ses amis et sa maison de disque dans l’église St Ann à New York. Ayant peu connu son père et n’ayant pas assisté à ses funérailles il décide de s’y rendre.

Lors de cette cérémonie Jeff joue de la guitare et chante devant une assistance médusée par tant de talent et de sensibilité. Il y rencontre également Gary Lucas, un autre guitariste qui lui propose de monter un groupe (Gods and Monsters), Jeff accepte mais il décide peu de temps après de continuer sa carrière en solo.

Installé à New York, il chante régulièrement accompagné de sa guitare dans les bars et notamment au « Siné » (ce qui fera l’objet d’un live magnifique) afin de s’aguerrir à la scène et de se confronter au public parfois peu attentif, mais qu’importe. Il est remarqué par Serge Berkowitz de Columbia, et signe son premier contrat en 1992 et sort peu après un cd 3 titres promotionnel.

En 1994, Jeff a 28 ans, il sort son premier album intitulé « Grace » et rencontre un succès unanime auprès de nombreuses critiques et surtout auprès du public français qui lui vouera un véritable culte, Jeff en sera d’autant plus flatté que sa mère a de lointaines origines françaises et qu’il est lui même un admirateur de Piaf. Il fera de nombreuses dates aux Etats-Unis et en Europe et confirmera sur scène son incroyable talent de chanteur (il chante sur 4 octaves et monte très, très, très haut) et de guitariste.

En 1997, il entre en studio à Memphis pour enregistrer un très attendu 2 ème album mais malheureusement après une séance de travail il décide d’aller se baigner dans la Wolf River, un affluent du Mississipi pourtant connu pour sa dangerosité, et il se noie après le passage d’un bateau ; on ne retrouvera son corps que quelques jours plus tard.

Il n’aura pas pu achever ce 2ème album : « Sketches for my Sweetheart the Drunk » qui se compose donc des quelques morceaux faits en studio avec son groupe et d’autres qu’il a enregistrés seul sur un multipiste, de façon parfois un peu rudimentaire (rythmes faits en tapant sur un micro par exemple) mais toujours talentueuse et originale.

Il ne nous reste donc plus en souvenir, que les quelques disques d’un artiste ultra doué, à la carrière trop rapide laissant des millions de fans orphelins d’une voix qui, à n’en pas douter, était un cadeau de Dieu……à un ange. So long Jeff.

Site officiel : http://www.jeffbuckley.com/
http://www.sonymusic.fr/buckley/

  
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 09.09.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés