ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Alain Lahana, producteur (Canal Prod)

Alain Lahana, producteur (Canal Prod)

  Alain Lahana est le producteur - entre autres - de nos Paul Personne et Rachid Taha nationaux ; au cours d’une rencontre téléphonique qu’il nous a très gentiment accordée, il a accepté de se prêter au "jeu" de l’interview, et a répondu avec beaucoup de franchise à nos questions…

Quel est le parcours qui vous a amené à la production musicale ?

Le parcours qui m’a amené à la production musicale ?… Il n’y a pas vraiment eu de parcours qui m’y ait amené, j’ai toujours été en fait là-dedans : j’ai fait mon premier spectacle quand j’étais au foyer socio-éducatif de mon lycée, je devais avoir une quinzaine d’années. Et de là j’ai enchaîné du groupe local dans lequel jouait mon frère à quelques autres groupes locaux puis à quelques groupes nationaux avec lesquels j’ai travaillé.
Après je suis monté à Paris pour travailler avec divers artistes à ce moment-là, mais c’était plus une partie on va dire "production indépendante" ; c’était la grande époque de Magma, de tous ces groupes-là, autour des années 75-76. De là, après, j’ai "dérapé" sur quelques internationaux, etc, et puis voilà, de fil en aiguille, c’est comme ça que tout s’est fait. Mais tout a été dû en fait à des situations très liées à l’époque - je parle de la période 75-80, où il y avait beaucoup d’opportunités, un réseau qui n’était pas vraiment installé, le Rock qui n’était pas du tout ce qu’il est maintenant. Et il y avait surtout l’opportunité d’être au bon moment au bon endroit, et de réagir comme il fallait réagir peut-être à ce moment-là ! (Rires)
C’est très différent de ce qui se passe aujourd’hui dans la musique, la scène de l’époque n’avait absolument rien à voir…


Alors justement, quels sont les changements que vous avez remarqués ?

Je sais pas, je ne veux pas paraître désabusé, mais… À l’époque, c’était un quasi militantisme de faire un spectacle, alors que maintenant, c’est uniquement - dans la plupart des cas - un acte de marketing pur et simple, et c’est pas tout à fait ça que j’ai signé au moment où j’ai démarré ce métier, ce qui me fait en ce moment faire certains revirements.

Quel est l’artiste qui vous a permis de vraiment vous "installer" dans votre métier ?

Il n’y a pas un… On va dire, à l’époque, dans les années 74-76, il y a eu un truc qui m’a bouleversé qui était Magma, avec une passion pour pas mal de groupes de Rock progressif. Après, la grosse rencontre, le gros virage Rock plus dur, Rock-Blues - le trois accords, quoi - ç’a été ma rencontre avec Paul Personne : lui, je l’ai rencontré en 76.
  C’est lui qui m’a dégagé d’une approche peut-être un peu trop intellectuelle de la musique, trop de notes pour peu de sensations, et d’un coup j’ai compris qu’en faire moins ne voulait pas dire qu’on était limité artistiquement. Parce qu’à l’époque c’était tous les trucs MacLaughlin, Magma, etc. et c’était un trip quand même un peu particulier ; et d’un coup une vraie simplicité pour faire passer l’émotion, c’est quelque chose qui m’a bouleversé…

Quel regard portez-vous sur les productions musicales actuelles en France ?

Je crois que c’est pas mal qu’il y ait quelques trucs quand même qui commencent à se passer, qu’il y ait quelques artistes français qui réalisent des ventes assez importantes - que ce soit ici ou bien qu’il commencent à s’exporter. Je trouve qu’il y a un petit truc euh… qui fait qu’il y a… je vais pas dire une "fierté", mais moins de complexes par rapport à une production internationale, ce qui est tout à fait positif.
  Maintenant, pour citer dans les noms, comme ça… J’sais pas, c’est sur des trucs très différents : hier soir - bon on ne peut pas vraiment parler d’artiste français ou d’expression française, mais j’étais au concert de Manu Tchao, et c’est vraiment agréable de voir que ce mec-là peut suivre le parcours qu’il a en ce moment et se retrouver dans une situation mondiale sans aucune compromission à quelque moment que ce soit, et qu’il peut damer le pion à pas mal dans n’importe quel domaine artistique. Il y a des groupes comme Daft Punk dont on parle pas mal, il y a beaucoup d’artistes avec qui je travaille, dont notamment Rachid Taha, pour qui on se retrouve dans une situation dans laquelle le marché hors France est beaucoup plus fort que le marché français ; ce qui est quand même assez agréable. Je ne sais pas si c’est dû à l’internet, mais si on se penche un peu à l’extérieur, on peut avoir parfois des réceptions plus fortes que celles qu’on a sur son marché d’origine…

Quelle est votre réaction face aux phénomènes de type Napster ?

Je suis jamais allé télécharger un truc sur Napster, je ne suis pas un "malade" de l’ordinateur. Je trouve très bien que les gosses ou les autres puissent aller comme ça, gratuitement, découvrir des artistes ou des titres. Je n’adhère pas tout à fait au principe des maisons de disques qui leur rentrent dedans en ramenant ça à du piratage : oui, on peut faire du piratage bien sûr, mais quand on regarde au final à combien ça revient de télécharger, le temps passé en ligne et à graver le CD, on est quand même dans des prix qui sont un petit peu élevés… Je trouve que c’est très bien comme "teaser", parce que quand on regarde le prix moyen d’un disque, pouvoir écouter, jeter une petite oreille dessus avant de se jeter forcément à l’eau, c’est peut-être pas mal et ça permet d’étendre son champs de vision.

Pour revenir à un aspect plus "technique" de la production, quelles sont les qualités que vous recherchez chez un artiste, et qui font que vous avez envie de le produire ?

Pour moi, c’est son authenticité déjà, en premier lieu ; je n’aime pas les artistes qui ont une approche opportuniste, et de toute façon ceux-là à la base ne sont pas forcément des artistes, mais pour moi l’intégrité est une puissance en soi… Je ne sais pas : j’ai la chance de travailler avec beaucoup d’artistes dont je suis fan à la base. Pour donner des exemples, ça fait maintenant 23 ans que je travaille avec Iggy Pop, ça fait 25 ans avec Paul (Personne, ndla), ça fait une quinzaine d’années avec Bowie…
  Ce sont dans pas mal de cas les gens qui m’ont donné envie de faire ce métier - je parle au niveau des grands noms internationaux ; Paul, lui, m’a fait faire une bascule en cours de route sur un type de musique. Je trouve ça absolument fabuleux d’avoir le bol d’être en contact avec des gens qui ont été des pionniers et des leaders dans leur domaine et de faire un bout de route avec eux…

En contrepartie, qu’est-ce qui vous paraît rédhibitoire ?

Ce qui me paraît rédhibitoire ? De plus en plus, tout l’administratif qu’on a à faire autour d’un montage de concert. C’est insupportable. La production de spectacles maintenant entraîne une administration autour qui est totalement démesurée et qui est l’opposé exact de ce qui doit se passer autour d’un art, et je crois que c’est un petit peu lié à ce qu’est devenu le marché, c’est à dire une industrie.
  Là, j’arrête pratiquement la production internationale et maintenant je passe plutôt à de la production… oui internationale toujours, sauf qu’il s’agit d’artistes français que j’exporte. Je travaille énormément sur l’Asie, etc., plutôt que de faire ce que j’ai toujours fait, parce que c’est tellement lourd administrativement que ce n’est plus le métier que j’avais démarré… Ce n’est plus la même chose…
  J’essaie de refaire un truc ailleurs, sur un terrain différent, et de me retrouver dans une situation de découvrir des paramètres et de réagir à ces nouveaux paramètres. Je trouve que c’est assez marrant d’aller monter le premier concert qu’il y a eu en Birmanie, d’aller faire des trucs au Viêtnam, au Cambodge, d’aller jouer en Afrique noire, d’aller à Madagascar, faire des concerts dans tous ces endroits-là… La perception du public y est totalement différente, pour un artiste c’est très valorisant parce qu’il y a une vraie réaction brute, et il y a  une vraie mise à disposition de l’artiste par rapport au spectacle, qui est différente : il est totalement immergé dans un milieu, et le spectacle n’a plus du tout la même importance. Il y a des "mécanismes" sérieusement verrouillés sur son territoire d’origine qui se relâchent au fur et à mesure que l’on s’éloigne…
Je trouve que c’est une approche très intéressante pour avoir des relations plus poussées, à tous les niveaux : que ce soit la relation artiste-public, artiste-producteur, l’approche avec les structures locales qui sont souvent très en arrière par rapport au point où nous on en est. Et surtout un fait qui je crois est la base du spectacle, c’est la capacité d’émerveillement naturel et brut, un vrai truc à fleur de peau, que je ne retrouve plus forcément dans des tournées marathon de un an, deux ans…

Merci à vous !

Merci…
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés